A la découverte d’Ala Daglar

Posted: May 7th, 2009 | Author: Alex | Filed under: 02 - Turquie | | 2 Comments »

Stitched Panorama Après ces quelques jours en Cappadoce, il était temps de reprendre la route (je vous annonce que je risque d’utiliser souvent cette formule au début de mes billets…). Direction donc le sud, vers le parc national d’Ala Aglar où je comptais m’offrir une petite journée de trekking dans ce magnifique parc montagneux. Un guide de montagne rencontré à Goreme m’y avait indiqué un sympathique couple de guides qui avaient établi une petite auberge refuge aux pieds des montagnes, non loin du village de Cukurbag.

La route à partir d’Urgup fut véritablement somptueuse. Des enchainements de lacets dans ce paysage de Cappadoce, alternant entre haut plateaux et fond de vallées, un vrai délice. Ensuite, la route vient se poser aux pieds des massifs montagneux d’Ala Aglar et monte doucement vers le village de Cukurbag, à 1900 m d’altitude. Accueilli chaleureusement par mes hôtes, ils m’installèrent dans ce qui allait devenir mon petit chez moi pour deux jours, un charmant petit refuge en bois prévu pour 4 et dont j’aurai l’exclusivité pendant mon court séjour. Par contre, j’étais quelque peu déçu d’apprendre qu’ils n’avaient rien à me proposer pour diner et que j’étais contraint pour calmer mon estomac d’aller au prochain village, à 15 bornes… Une nouvelle occasion de rencontrer des sympathiques turcs de la campagne et d’offrir un énième bain de foule à la moto. Pendant que je mangeais tranquille mon petit Iskender Kebap (de fines coupes de bœuf préparées sur un lit de pain turc, le tout baignant dans une sauce à base de tomate et yaourt), je contemplais avec la même curiosité cette passion qui semble animer tous les turcs pour tout ce qui a des roues et un moteur. Un groupe d’une vingtaine de turcs s’était rassemblé autour de la moto et semblaient l’analyser dans les moindres détails : le moteur, le bras oscillant, le GPS (et non pas une télé, comme le pensait un de fans…), certains allaient jusqu’à tester le dureté de la selle avec leurs mains… J’étais tout de même contraint d’intervenir quand certains poussaient l’analyse au delà du raisonnable en jouant par exemple avec la boite de vitesse etc…

2009_04_24 Aladaglar-002.jpg Après une bonne petite nuit dans mon « chalet », je retrouvai Akmed, le chef des lieux, dans un troisième chalet servant de salle commune, pour le petit déjeuner. Assis à une énorme table en bois massif, il me présenta les différentes options qui se présentaient à moi pour la journée. Après avoir délesté la moto de ses valises, me voilà ainsi en route sur un chemin de terre assez accidenté de plus de 8 kilomètres au cœur du parc pour rejoindre Camp 2000, point de départ des différentes traces.

La route commence par traverser des magnifiques étendues, s’enfonce doucement dans des gigantesques canyons, chevauche quelques gués et atteint enfin Camp 2000, au pied du sommet Ala Aglar. De là, on emprunte à pied un petit chemin qui grimpe sérieusement dans la montagne. Après 3 heures de marche, je me retrouve au pied d’un pic de plus de 100 mètres de haut, accolé à la montagne et véritable icône du parc. Malheureusement, je suis contraint de cesser ma progression en raison de la neige qui recouvre encore la montagne au delà des 3000 mètres. Les flancs de vallons présentent d’immense quantité de rocs, amassés tels de petits gravas de charbons qui semblent ne pas avoir bougé depuis le bigbang. Un silence étourdissant règne sur ce lieu, rarement perturbé par quelques cris d’oiseaux, ses seuls habitants. Quel changement par rapport à Goreme. J’aurais pu rester des jours entiers à déambuler de cet espace en toute quiétude.

Malheureusement, j’avais pris rendez-vous le lendemain matin pour effectuer la révision de la moto à 2 heures de route dans la ville d’Adana. En quittant le petit village de Cukurbag, de bon matin, à l’heure où le soleil étendait doucement ses rayons au dessus des montagnes, je me fis la promesse de revenir un jour profiter de ce lieu dont j’ai totalement tombé sous charme. A suivre.

 

 


2 Comments on “A la découverte d’Ala Daglar”

  1. 1: Christophe said at 02:17 on May 8th, 2009:

    Salut Cousin, je vois que tu passes des moments inoubliables et que tu as le courage de réaliser un de tes rêves déments, ce que peu de personnes font réellement dans leur vie, je t’en félicite donc. Je te remercie aussi pour ces quelques lignes et photos qui nous permettent de partager tes sensations et découvertes. J’espère que, tout en bataillant pour finir ce que tu as commencé, tu te portes bien et que la moto tient le coup, normalement BMW c’est pas mal si j’en crois ma voiture ;-) . Sur ces quelques mots furtifs je te laisse à ton aventure et te souhaite une bonne continuation.
    Que Allah te protège cousin, prends soin de toi et reviens nous vite grandit et épanoui de ton expérience.
    Mah’Salam!

    Christophe

  2. 2: Aurélien said at 10:51 on May 11th, 2009:

    Salut Alex,

    beau voyage, ca fait envie…

    bonne route !