A propos

Posted: January 1st, 2009 | Author: Alex | Filed under: | | Comments Off

« Lorsque le désir résiste aux premières atteintes du bon sens, on lui cherche des raisons. Et on en trouve qui ne valent rien. La vérité, c’est qu’on ne sait comment nommer ce qui vous pousse. Quelque chose en vous grandit et détache les amarres, jusqu’au jour où, pas trop sûr de soi, on s’en va pour de bon. Un voyage se passe de motifs. Il ne tarde pas à prouver qu’il se suffit à lui-même. On croit qu’on va faire un voyage, mais bientôt c’est le voyage qui vous fait, ou vous défait. »

Nicolas Bouvier (1929-1998), L’usage du monde.

C’est ainsi que le projet Soliraid Asia est né. Une envie de m’arracher à mon quotidien parisien pour partir découvrir tous ces pays, tous ces peuples, toutes ces cultures et tous ces paysages d’Asie que traverse la légendaire route de la soie.  La lecture de différents et nombreux carnets de voyage, au premier rang desquels celui de Nicolas Bouvier, n’y est sûrement pas étranger…

Ainsi, le projet Soliraid Asia est, avant toute autre chose, un projet de voyage en solo à moto le long de la route de la soie pendant près de 5 mois entre Paris et Katmandou à compter du 6 avril 2009.  Ce classique des grands voyages demeure encore aujourd’hui une aventure humaine extrêmement riche et exigeante.

Si la démarche du projet se veut solitaire dans sa réalisation, elle n’en est pas moins solidaire. Dès le départ en effet, l’association Plan International fut associée au projet. Cette association d’aide au développement centrée sur l’enfance contribue par le travail de ses salariées et ses bénévoles et grâce aux dons de ses parrains et marraines (1,3 millions à travers le monde) à améliorer les conditions de vie des enfants (1,4 millions à travers le monde) et à leur permettre de se construire un avenir au sein de leur village.

Le partenariat avec Plan a 3 objectifs : 

1. Eveiller un sentiment de solidarité à l’égard des populations aidées par Plan

Au cours de ce périple entre Paris et Katmandou, je pars rencontrer plusieurs communautés aidées par l’association Plan International au Pakistan, Inde et Népal. Par le biais de ce voyage, je souhaite contribuer à éveiller un sentiment de solidarité à l’égard de ces populations et faire réaliser dans l’esprit de chacun l’importance des missions et projets conduits par Plan International dans ces pays, et cela, en témoignant des expériences rencontrées sur le terrain au travers de ce site internet mis à jour aussi régulièrement que les moyens techniques rencontrés le permettront. 

2. Sensibiliser les jeunes d’aujourd’hui qui seront les acteurs de demain

C’est durant l’enfance que se forgent nos plus fortes convictions, nos inclinations naturelles et nos raisonnement instinctifs.  C’est pour cela qu’il est d’autant plus important pour notre avenir que le sentiment de solidarité viennent s’encrer au plus profond de chacun des jeunes enfants d’aujourd’hui. Ainsi, j’ai souhaité associer à ce projet plusieurs établissements scolaires qui m’ont accordé quelques instants pour présenter de façon ludique à leurs jeunes élèves mon voyage mais surtout la réalité du quotidien de leurs frères et soeurs dans les pays que je vais traverser et l’importance des associations telles que Plan dans ces pays. 

3. Faire un appel aux dons pour Plan

Au travers de ce site, j’espère pouvoir témoigner de l’importance de l’aide qu’apporte Plan dans ces pays et inviter ses visiteurs (donc vous) à contribuer au financement des projets et missions conduits par Plan en réalisant un don. Un objectif de 5.000 euros a été fixé, soit en prenant les 15.000 km de l’itinéraire, 1 euro pour 3 km parcourus, qui idéalement sera rempli d’ici mon arrivée à Katmandou, fin août.  Ces donations pourront être réalisées grâce à l’organisme Izi-Collecte (www.izi-collecte.com) qui met en place des procédures on-line de donation. Je compte sur vous et votre générosité  ! Rassurez-vous, pas un centime ne passera par mon compte et vous aurez droit au classique crédit d’impôt de 66%… 

 

Enfin, si l’usage de la moto offre des avantages indéniables pour un tel voyage, il présente toutefois un coût écologique, en particulier en matière de CO2. Les 15.000 kilomètres parcourus généreront presque 2 tonnes de CO2. Ainsi, j’ai choisi de souscrire à un système volontaire de compensation de ces émissions au travers de l’association CO2 Solidaire

Bonne lecture à tous et merci pour votre soutien. 

A.